Notre association

| L'association TZCLD BAM : citoyenne, engagée et indépendante

>Le projet de l'association TZCLD BAM c'est :

  • D’ouvrir une entreprise à but d’emploi entre mai et octobre 2021 pour recruter d’ici 5 ans l’intégralité des Personnes Privées Durablement d’Emploi (PPDE) volontaires du territoire sur des emplois en CDI, à temps choisi.

  • Faire de cette Entreprise à But d’Emploi (EBE) une Entreprise de Bien être, inclusive et accessible aux personnes en situation de handicap, avec une organisation du travail respectueuse des salariés : en offrant un accompagnement socio-professionnel et des parcours de formation adaptés pour permettre aux salariés de retrouver un emploi en dehors du projet TZCLD tout en sécurisant les postes de ceux qui veulent rester.

  • Revitaliser le territoire en proposant des activités qui ont un impact local fort en termes de développement économique, social et écologique.

  • Accompagner au quotidien les chômeurs de longue durée du territoire en organisant des événements qui leurs sont dédiés, en animant des ateliers et activités qui leur apportent du bien-être, des compétences transférables et l’appartenance à un collectif de pairs.

L’association TZCLD BAM est une association d’intérêt général créée le 26 février 2018, elle est aujourd’hui portée par plus de 50 bénévoles et soutenue par de nombreux acteurs du territoire. Ensemble : citoyens, élus, travailleurs sociaux et services publics agissent pour faire de l’emploi un droit et engager la dynamique territoriale qui permette aux villes de Bouffémont Attainville et Moisselles de rejoindre l’expérimentation nationale Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée.


>Petite histoire du projet

Il y a cinq ans, des bénévoles du territoire qui accompagnaient des chômeurs de Longue Durée au sein de l’association Solidarité Nouvelle face au Chômage ont découvert l’expérimentation et ont voulu implanter la méthode de Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée dans leur propre territoire. Face au constat qu’il n’y a pas d’emploi pour tous, ils se sont alors saisis de cette notion de privation d’emploi et ont entraîné les villes de Moisselles et Bouffémont dans la dynamique, rapidement rejoint par la ville d’Attainville pour former le BAM. Progressivement le projet s’est structuré et a agrégé de nouveaux bénévoles, retraités ou actifs. Il y a deux ans, des Personnes Privées d’Emploi ont rejoint le projet et lui ont donné une nouvelle dimension. Des activités qui préfigurent les activités de la future Entreprise à But d’Emploi ont été mises en place bénévolement par les PPDE. Aujourd'hui le projet est véritablement co-construit entre les futurs salariés de l’Entreprise à But d’Emploi et les bénévoles de la première heure. Nous sommes reconnus comme un territoire émergent mature prêt à mettre en place l’expérimentation. Nous travaillons d’ores et déjà sur le territoire avec de nombreux partenaires du service public de l’emploi et de la solidarité, avant même d’avoir reçu le feu vert pour ouvrir l’EBE.

>Le territoire d'intervention

Le territoire d’intervention de la future EBE recouvre les villes Bouffémont Attainville et Moisselles et pour certaines activités l’offre de service sera également disponible pour les villes et villages alentour. Ce petit territoire du département du Val D’Oise où vivent 9375 habitants est un territoire vert, composé à 59% par la forêt domaniale de Montmorency. Ce territoire francilien présente des caractéristiques périurbaines d’un espace ni tout à fait rural, ni tout à fait urbain. Au 1er octobre 2020, 237 personnes ont été identifiées en situation de chômage de longue durée. Le territoire est caractérisé par un grand nombre d’entreprises du secteur médico-social.

>Deux enjeux majeurs : privation d'emploi revitalisation des territoires

La privation d'emploi

Selon la définition que l’on choisit, le chômage de longue durée touche en France entre 1 million (INSEE) et 2,6 millions (Pôle Emploi) de personnes, la première définition comptabilise les personnes strictement sans activité depuis au moins un an, la seconde y ajoute les personnes qui ont une activité discontinue ou partielle subie. Une partie non négligeable de la population active est donc exclue durablement du marché du travail. Dans les 10 premiers territoires qui ont déployé l’expérimentation depuis 2017, les salariés avaient en moyenne connu des périodes de chômage bien plus longues, ils étaient sans activité depuis 4 ou 5 ans. C’est pourquoi nous parlons de privation d’emploi : nous pensons que le chômage n’est pas une responsabilité individuelle mais une défaillance de notre système collectif. Agir sur la privation d’emploi permet d’intervenir sur d’autres facteurs d’exclusion. Car travailler ce n’est pas qu’une manière de vivre dignement et de pourvoir aux besoins de sa famille, c’est aussi faire partie d’un collectif et de la société. Redonner un emploi permet non seulement à des personnes et leurs familles de sortir de la pauvreté, d’accéder à un logement ou à la sécurité alimentaire : cela produit également un certain nombre d’externalités positives : sur la confiance en soi, la réussite scolaire des enfants, la participation à la démocratie, l’acquisition de savoirs être et compétences... L’enjeu est donc non seulement la suppression du chômage de longue durée, c’est aussi la lutte contre l’exclusion et pour la cohésion sociale.

La revitalisation de notre territoire

Le deuxième enjeu auquel nous nous adressons c’est la revitalisation de notre territoire. Les activités qui seront entreprises par l’EBE permettront de répondre aux problématiques qui touchent les territoires périurbains et ruraux. Dans ces territoires, les commerces de proximité ont disparu et avec eux des espaces de socialisation. Les personnes âgées sont de plus en plus isolées, il y a peu de solutions de mobilité, et l’économie est grandement orientée vers la capitale, ou vers d’autres pôles plus attractifs tels que Cergy ou la zone aéroportuaire de Roissy. Nous souhaitons redonner du dynamisme à l’entreprenariat local ainsi qu’à la vie sociale. L’intégralité des activités entreprises par les futures salariées seront des activités qui auront un impact local.